ANAÏS JOURDEN

BACKSTAGE / ANAÏS JOURDEN BY SHIZUKA HIGA

PHOTOGRAPHY Shizuka Higa

EMERGING TALENT / GAMUT

BACKSTAGE / GAMUT SS19

PHOTOGRAPHY Jean Fournier

Thank you for inviting us

EMERGING TALENT / ANTON BELINSKIY

BACKSTAGE ANTON BELINSKIY / SS19

PHOTOGRAPHY Shizuka Higa

JOUR/NÉ

BACKSTAGE  JOUR/NÉ / MAR Y SOL CAFÉ

PHOTOGRAPHY Elise Notseck

Thank you for inviting us

VICTORIA TOMAS

VICTORIA TOMAS BACKSTAGES BY MATTHEW AVIGNONE

PHOTOGRAPHY Matthew Avignone

Thank you for inviting us Station service

EMERGING TALENT / LITKOVSKAYA

PRESENTATION LITKOVSKAYA BY SHIZUKA HIGA

 

PHOTOGRAPHY Shizuka higa

Thank you for inviting us

JACQUEMUS

BACKSTAGE JACQUEMUS / LA RIVIERA

C’est à l’Ambassade italienne que le défilé SS19 du designer hypissime se déroulait.

Dans la file d’attente bondée, milles rumeurs se racontaient. Le gratin était chauffé à blanc pour accueillir « La Riviera » inspirée des rêveries d’enfance de Simon Porte Jacquemus.

Une palette tendre faite de couleurs crèmes, verts d’eau et bleus gris enveloppaient d’onctuosité cette collection furieusement sensuelle où les accessoires sont le marqueur  indiscutable de la folie douce du designer.

La touche Jacquemus, c’est sa vision burlesque et poétique qu’il vient insuffler dans un jeu de proportions dont lui seul a le langage.

Le prisme change continuellement pour notre plus grand plaisir, nous sommes tantôt l’enfant effaré par un gigantesque sac de plage à franges, balancé fiévreusement au creux d’un coude; tantôt accroché à des décolletés victorieux du #metoo . Oui la femme Jacquemus sera outrageusement brûlante, nue sous des trenchs et des vestes de tailleurs noués à la taille.

Alternant avec des pièces classiques voire iconiques comme le débardeur blanc, les robes de cocktails donnent à ce casting léché des allures de vestales .

Malgré quelques déconvenues social médiatiques, notamment épinglé par le sulfureux Diet Prada pour avoir tagué un chapeau parasol qui n’était pas le sien (tout le monde peut se tromper…) Force est de constater que le designer est de loin le meilleur pour réconcilier extravagance et authenticité.

Mais finalement, la Province c’est un peu ça, l’exubérance des cœurs et des paysages livrés sans restriction à qui veut bien l’apprécier.

PHOTOGRAPHE Elise Notseck
ARTICLE Marion Hassan

Special thanks to Lucien Pages Communication

THOM BROWNE

THOM BROWNE

À l’occasion de son partenariat avec Barney, Coalshade se penche sur le parcours du « Tsar de la mode ».
Après avoir redéfini les codes de l’élégance post-moderne capitaliste avec son réajustement unique du costume trois pièces pour hommes.

Thom Browne embrasse l’univers de la femme en 2017 et peuple ses défilés d’étranges silhouettes en dégradé de costumes gris aux contours exubérants. Mais si le créateur est un virtuose de l’uniforme, il sait mieux qu’aucun autre pervertir le concept de conformité. Il confira au magazine Interview :  » Les hommes aiment les uniformes car une fois tous habillés pareils, ils peuvent se concentrer sur leur individualité ». L’individualité, Thom la voit par l’abstraction du vêtement, original pour un designer. Il prône l’auto-discipline intérieure et pense que la clef de l’épanouissement réside dans la confiance en soi et l’ambition. On a bien envie de le croire, quand on voit avec quelle rapidité la signature Thom Browne a su séduire le monde entier.

Le designer est au paroxysme du paradoxe durant ses défilés, quoi de mieux que le vieux continent avec ses lieux décadents pour des visions hors normes et fantasmagoriques.
Son défilé automne hiver 2018 à l’Hôtel de ville de la capitale française aux murs blafards, est une superbe mise en abîme conceptuel de l’oeuvre : des artistes peignant de grandes toiles, des muses qui virevoltent, toutes faisant partie de la même oeuvre dont Thom est le chef d’orchestre .

Exerçant aussi en directeur artistique pour  de prestigieux musées, l’installation du défilé achève de nous immerger dans son univers : les moulures haussmanniennes se confrontent aux grands néons à la lumière crue et géométrique. Il y a quelque chose de Brazil du réalisateur Terry Gilliam. Mais ce qui m’a le plus frappé dans ce show, c’est la générosité de la mise en scène qui permettait à chacun, à la fin de ce parcours au pays de Thom, de se recentrer sur le vêtement. Comme si le chef d’orchestre avait appuyé sur pause, chacun pouvait déambuler dans l’espace et découvrir en détail chacune des silhouettes novatrices et raffinées. Moment de grâce absolue autour de la sublime Anna Cleveland.

PHOTOGRAPHY & WORDS Marion Hassan

Thank you to Caroline Charles from BESIDECOM

COALSHADE DEVIENT CARBONEMAGAZINE

 

 

COALSHADE se transforme en CARBONE MAGAZINE

des le mois de septembre !

STAY TUNES

 

 

 

LOUIS GABRIEL NOUCHI

BACKSTAGES / LOUIS GABRIEL NOUCHI

Inspirée par le livre de Yukio Mishima  » The temple of the Golden Pavilion ». Louis Gabriel Nouchi fait référence à l’histoire vrai d’un moine qui consumait par la beauté du temple qui l’accueil finit par vouloir le détruire. Le designer questionne la place de la beauté dans un monde en déroute.  La collection de Louis Gabriel Nouchi nous évoque l’harmonie, la fluidité et la rencontre des influences asiatiques et sprotswear.

PHOTOGRAPHY Clément Vayssières

Thank you to Louis Gabriel Nouchi et Autrement Pr