HENRIK VIBSKOV


Henrik Vibskov, le créateur/ designer danois investit la Maison du Danemark jusqu’au 16 juillet.

 De la mode, de la musique, des shows, de quoi prendre une vraie leçon de créativité . Aux premières impressions, on ne saisit pas très bien l’agencement, toutes les oeuvres semblent déconnectées entre elles tant le créateur est multidisciplinaire. Puis, on se laisse séduire par l’aspect irrésistiblement ludique des installations. Elles sont clairement le fruit d’un esprit singulier, qui ne cherche pas à plaire mais à partager la profusion de créativité qui l’habite. 

 

L’attaché de presse, avec tout le charme de l’accent danois, nous explique les choix de la réalisation:

 

On nous présente au début d’un parcours déjanté de la musique sur fond de batterie en référence à son groupe de musique « Trottemoller ». Puis, la mode à la Central Saint Martins et 40 collections qui forgeront le succès de sa marque, ponctuées par un travail expérimental autour du design et des installations. On y trouve aussi des sculptures pour le moins étonnantes , des pièces raffinées comme un divan ovni aux détails de maille dont lui seul connait le secret, on s’interroge, on cherche les références, on envie cette facilité qu’il a de composer. Tout semble en chantier permanent, un bouillon chaotique de créativité .

 

Sans être une retrospective chronologique, ni un best of, l’artiste scandinave utilise sa carte blanche pour montrer qu’il n’est ni créateur, ni designer, il est les 2 en même temps. Son travail n’est pas dirigé par les tendances ou par de quelconques pressions commerciales et ça fonctionne très bien comme ça. 

 

.Une chose est sûre, cette exposition gratuite ne laissera personne indifférent à cette main tendue vers l’expérimentation et la liberté.

PHOTOGRAPHY Maison du Danemark
WORDS Michel Hardy

SPECIAL THANKS TO La Maison du Danemark