LISA VANBACH


est une pionnière. Son goût pour l’expérimentation l’ont mené hors des sentiers battus, le cuir et le monde des accessoires furent le support idéal pour tester un outil encore peu utilisé qu’elle affectionne particulièrement .

L’univers de Lisa se nourrit par l’observation de la nature. Et je la rejoins complètement sur la fascination que peut susciter la complexité d’une ossature, la portée philosophique qu’évoque la mue d’un serpent, la définition précise, unique et si détaillée d’une empreinte… Ses observations n’en ont pas éclipsé son admiration pour ce que l’homme peut créer à son tour. Dans chacune de ses collections, elle développe des motifs nous entraînant dans une déambulation intellectuelle, symbolique et presque métaphysique. Le dessin pour elle est la part la plus intime de son processus créatif.

Depuis un an, elle développe un procédé complexe pour découper ou graver avec un laser ses accessoires . L’attrait pour cet outil date depuis longtemps, il est né à l’école de la Chambre syndicale de la couture parisienne lors de sa préparation au diplôme. La précision de l’outil et la force qui s’en dégage inspirent beaucoup la designer qui pressent les possibilités infinies que promet son utilisation.

L’atelier de gainerie et de dorure d’art Bettenfeld-Rosenblum, sera le seul  à relever le challenge à ses côtés. Ce lieu d’exception fondé en 1895 dans le quartier de la rue du faubourg Saint Antoine a su s’imposer comme une référence internationale et a notamment participé à l’Exposition Universelle de Paris en 1900. C’est donc avec David Rosenblum aujourd’hui à la tête de l’atelier, qu’ils se lanceront dans l’aventure délicate et extrêmement capricieuse de gravure par laser, car pour ce travail il n’y a pas de recette. Le cuir doit être traité de la façon la plus naturelle possible par tannage végétal. Elle utilise un cuir de veau venant des tanneries françaises. Chaque cuir nécessitent une phase de recherche propre pour tester les paramètres de gravure qui n’abîmeront ni les pièces ni les motifs.

Nature et technologie se rejoignent, formant une véritable symbiose comme si la gravure avait toujours était sur ce cuir, ennobli de scarifications superbes. Un travail d’orfèvre, pour un résultat d’exception alliant avec succès innovation et héritage.

Credits

Texte et photos: Marion Hassan
Remerciements à Stéphanie Veuriot – Autrementpr