LOST GARDEN BY ELISE NOTSECK


 

Credits

Production : Marion Hassan & Les âmes écloses–contact@marionhassan.com & birenbaumcharlotte@gmail.com

Set decor : Les âmes écloses – http://lesamesecloses.tumblr.com

Photographer : Elise Notseck – www.elisenotseck.com

Style : Marion Hassan – contact@marionhassan.com

Model : Lorelei adler – https://instagram.com/lorelei_adler/

Mua & Hair Artist : Junko Komada – http://junko-komada.com/

Clothing Designer :

Clarisse Hieraix Paris – http://www.clarisse-hieraix.com/

Ralph Lauren – http://www.ralphlauren.fr/

Roder F – http://cargocollective.com/RODERF

Maria Fuortes – maria@fuortes.it

Laura Laval Paris – http://www.lauralaval.book.fr/

Vivienne Westwood – http://www.viviennewestwood.com/

Ines de la Fressange – http://inesdelafressange.fr/

Maison Martin Margiela – http://www.maisonmargiela.com/fr/

Chantal Thomass – http://www.chantalthomass.fr/

Accessories Designer :

Delicate Distorsion – http://www.delicatedistorsion.com/

Vanitae – http://www.vanitae.bigcartel.com/

Special thanks to all the designers who believe in this project, frederic Guarrigues, the fantastic family Ghigo, and Adel.

“Lost garden” Exclusive Editorial for Coalshade

« Je me suis repue de toi mon cher, ma tendre, de ta chair et de ton âme. Aussi fragile qu’une rose ton cœur entre mes mains se repose, naïve et confiante, pauvre chose frémissante. Le rythme lent de ta vie s’écoule en moi, paisible, tandis que j’aspire d’inconnus émois. D’abord la joie puis la peine, l’amour puis la haine, plaisir et désir dansent avec les flammes, puis balayés par le vent s’éteignent, noyés de chagrin, enfouis à jamais… puis l’engeance d’une graine vient germer dans ce terreau aride, espoir d’un futur, et ses armes humides sont des larmes d’existence.
C’est ainsi que l’on ressent quand on est vivant.
Petit cœur, papillon, j’arrache tes ailes car je n’en ai guère. Je les colle sur mon dos afin que je m’envole, mais mon corps trop lourd ne puit se soulever… Condamné à errer, je regarde alentour, des fleurs et des feuilles fanées, des verres et des miroirs brisés. C’est ici le paradis de mon enfer, l’endroit de mes fers, mon extase d’ange déchu, mon jardin perdu. » Serena Bonomi-Karkour alias Lorelei Adler