JULIUS


 

 

Connu pour son esthétique avant gardiste aux accents « goth », le label japonnais Julius puise dans un nouvel univers pour sa collection Sefiroth ss16.
En amont, on retrouve toujours la pâte du designer, une allure combative, sous-tendue lors des précédentes collections par des codes militaires. Tandis que l’esthétique de Sefiroth est résolument tribale, influencée par des ethnies nord africaines.

Un propos profondément spirituel plane sur la collection : peintures, toges, voiles, symboles, même les costumes déstructurés prennent des allures d’habits rituels … il s’ajoute un apparent apaisement « aux guerriers » ss16 de Julius. Ils déambulent le pas rythmé sur une musique hypnotisante . Les couleurs renvoient à une idée de pureté, minimaliste, tant dans le blanc immaculé que dans le noir intense, avec des teintes terres, naturelles, elles viennent faire échos aux choix d’accessoires en bois bruts déclinés en bracelet et imposants ornements.

Tatsuro Horikawa affirme son envie de nous amener sur des territoires conceptuels où la collection prend du sens au travers de la mise en scène, la musique en complément des vêtements, la performance est à appréhender comme un tout. Le choix d’un rituel en ouverture de défilé nous amène à réfléchir sur les thèmes du combat, de la tribu, les codes et les passages rituels. L’œil en motif énorme recouvrant la totalité de la silhouette, déshumanise le modèle qui devient un étendard humain et questionne le rôle de l’observateur et ou de l’observer…

Face à une société toujours plus vide de questionnements intérieurs et individualiste Julius vient mettre le doigt sur les contrastes de notre temps.

Credits

Photos by Thomas Coispel
Text by Marion Hassan