NEITH NYER


Francisco Terra, le designer aux multiples talents artistiques, s’inspire pour cette saison d’un manga qu’il réalisa en préambule à la collection automne-hivers 2017.

Il nous invite à nous poser des questions sur la provoc, le luxe ? Comme si chaque looks étaient un maillon d’une éclatante farandole grunge- romantique, le défilé électrise l’assistance, joyeusement déstabilisée, dans ce lieu atypique qu’est le Guerrissol. Quel meilleur endroit que le temple de la fripe, venue de tout les horizons, pour synthétiser sa volonté de s’inspirer de tout, sans tenir compte des frontières castratrices du « bon goût ».

Mais si le designer cherche à nous interroger sur notre façon d’appréhender le beau ou s’amuse avec les codes de la féminité et de la vulgarité, il nous parle surtout de liberté .

Toute de cette saison est ambivalente et si les tissus floraux nous rendent nostalgiques en nous rappelant des fringues chinées, les détails et les coupes nous font penser Couture. Des attaches de corsets s’ouvrent sur des épaules et des cuisses, un anti-vol devient une broche… une mariée peinte en arc en ciel fushia à paillettes déambule dans sa crinoline. Il y a ce qui nous frappent et ce que l’on découvre dans cette collection.

Les mannequins atypiques sont un choix sur lequel Francisco ne reviendra pas, sa liberté non plus. Salué par les meilleurs critiques, le designer ouvre une brèche de créativité dans le mur de nos perceptions et nous donne une belle leçon d’authenticité.

PHOTOGRAPHY PODIUM Lucille Delabarre @lucille_delabarre
PHOTOGRAPHY PORTRAIT Elise Notseck @elise_ntsck
WORDS Marion Hassan