SANKUANZ


La collection « Destroys » réalisée par Shuangguan Zhe pour la saison automne-hiver 2017 résonne comme un requiem pour l’humanité.

Ornée de slogans prophétiques « natural selection », « pollution visuelle »… le designer n’hésite pas à énoncer sans détour son message politique et ses craintes pour l’avenir.

En superposant les pièces aux allures « outdoors » et militaires, Zhe met l’accent sur le côté fonctionnel. Par déduction, on imagine les hommes confrontés à un environnement agressif aux températures extrêmes, mais aussi « pollué » ou « contaminé ». Cet univers post-apocalyptique, pousserait les humains à se surprotéger, en généralisant le vêtement 2.0 développé par la Science.

Ainsi, il développe des silhouettes dans des matériaux de recherche comme l’UMWPE et la fibre d’aramide utilisés dans les costumes spatiaux de la NASA  . Il explore aussi la création de textile. Les pantalons sont munis d’accessoires en métal rappelant des attaches de tuyaux ou de câbles, des mousquetons dispatchés permettent d’attacher des accessoires : casquettes, canettes, vestes… Les sacs à dos géants nous invitent à imaginer une population nomade.

Si le danger semble omniprésent, la collection n’est pas pour autant sombre, elle porte un regard lucide sur les difficultés qui sont susceptibles d’advenir et propose une voie vers laquelle l’Homme  pourrait tendre, pour s’adapter à ce nouvel environnement hostile.

Photos par Elise Notseck
Texte de Marion Hassan