SEAN SUEN – Tender


Les vagues éclatent sur le rivage, le vent semble nous claquer le visage. La plaque métallisée nous renvoie un reflet ondulant, l’ambiance est installée :
L’homme Sean Suen printemps-été 2018 sera liquide, de corps et d’esprit, insaisissable.

Le créateur de la marque éponyme qui défile au calendrier officiel depuis maintenant trois saisons poursuit sa balade onirique. Le style du jeune chinois est bien là : les matières, comme à l’accoutumée jouent avec la lumière et soulignent une silhouette tout en souplesse aux proportions redessinées. C’est bien là la force de Sean Suen qui trouve ses inspirations auprès d’artistes contemporains comme Daniel Sinsel (dont le travail a influencé cette collection en particulier) pour les mettre au service de coupes graphiques et de matières innovantes.

Flottantes, les premières silhouettes comme des créatures amphibies, semblent sortir tout droit de leur milieu aquatique pour se fondre parmi les terriens. Ciel, bisque, rosée, vert d’eau, rehaussées ici et là par un bleu minuit, les couleurs sont tendres et pastel, comme un nuage. Parfois ternies, elles nous ramènent sur la terre ferme. Car la silhouette est d’une structure impeccable ; les épaules se dessinent jusqu’à se détacher du corps, la taille est accentuée par une ceinture nouée sur une veste blazer longue, le cou est souligné d’un col chemise XXL et l’imprimé est géométrique pour nous dire que cet homme là ne divague pas tant que cela. Costume monochrome trop grand, pantalons ultra amples satinés, peignoirs aériens ceinturés se meuvent dans des matières nobles et coulantes ; même le denim en total look oversize est dansant de légèreté grâce à un jeu de proportions parfaitement maitrisé. Le tout est un savant tour d’équilibre et de contrastes : la veste teddy en cuir bleu récif vogue sur un pantalon élastiqué aux reflets argentés tandis que le costume deux pièces en cuir s’offre une teinte cuisse de nymphe.

Le défilé nous laisse une impression d’espace et de libre circulation, le corps s’échappe dans le vêtement pour mieux revenir, ressourcé, canalisé, comme un remède à une réalité moins enchantée.

WORDS by Orianne Drouet
PHOTOGRAPHY by Elise Notseck