ALEX ULCHINY

RENCONTRE / ALEX ULCHINY

 Quel est ton parcours professionnel ?

Après l’obtention de mon diplôme à l’école d’Art Institute of Chicago, j’ai voyagé en Europe pour découvrir le pays et faire un stage chez Iris Van Herpen, pour la production Haute Couture Printemps 2013. Puis j’ai travaillé chez Victor and Rolf pour leur première collection haute Couture en 13 ans. Et quand il fut temps de rentrer chez moi, j’ai commencé à travailler sur ma collection.

Peux-tu nous présenter ta dernière collection ?

White Noise est inspiré en partie du travail de Bill Viola. Avec le matériel utilisé,  je joue avec une grande variété de qualités de réflexions tout en cherchant quelque chose d’organique. Beaucoup de pièces de cette collection ont mis des mois à être réalisées, cela prend des centaines d’heures pour faire ce travail à la main. Le manteau blanc par exemple peut paraître négligé, mais c’est vraiment très complexe le laisser-aller maîtrisé. Il y a des centaines de points faits à la main. Chacune est unique. J’ai voulu donner un effet de slow motion à chacune des pièces.

Quelles sont tes inspirations ?

Beaucoup de mes inspirations sont mêlées- J’essaye de construire un petit bout de monde, et de designer des vêtements pour ce monde. Je suis un romantique. J’aime aussi l’histoire et l’art moderne.

Le textile prend une place très importante dans tes créations, quel est ton processus créatif ?

J’aime beaucoup intégrer du travail fait main, je trouve ça utile pendant le processus et aussi quand je regarde le résultat final. Il y a beaucoup de temps passé en créant ces pièces, et une grande partie de la création peut être révélée de façon plus claire pendant la fabrication des pièces.

Tu as récemment collaboré avec Lady Gaga, quel est la prochaine étape de ton travail ?

Je suis reconnaissant envers le styliste avec qui j’ai pu travailler, je suis toujours surpris de la façon dont mes pièces sont utilisées. Ma nouvelle collection est en route pour la fin de l’été.

Tes silhouettes sont très originales. Comment illustre-t-elle ta vision de la féminité ?

Je ne dirai pas que mes silhouettes sont très originales.  Je crée en fonction de décision stratégique esthétique, comment les proportions vont tomber sur le corps. Mais il faut prendre en compte « l’esprit » du matériel souvent. Les histoires que je développe changent et se développent sans cesse.

Vers quelle direction vas-tu évoluer maintenant dans ta carrière ( prêt à porter, couture…)

Je suis un designer émergent qui rêve de couture.

Credits

Interview Marion Hassan
Photos from Alex Ulchiny

TREND – HEAD OFF

HEAD OFF


 

Depuis quelques années, la présence  d’un accessoire nouveau et terriblement déstabilisant  est apparu dans le monde de la mode… Mix entre la cagoule, les bijoux et le masque. Nous le baptiserons :  » head off « . Excentricité de designer ? Bijoux de corps? ou réel potentiel nouveau venu dans nos placards, en tout cas, il peut concurrencer sérieusement les lunettes noires dans les mauvais jours !

Le head off symbolique de Maison Martin Margiela a finit par s’expandre et séduire au-delà de son objectif. L’étrangeté de ses silhouettes sans visage nous laisse sans repère. Moi, je trouve ça mystérieux, hypnotisant cet anonymat effronté, même glamour dans certains cas ! Le head off a définitivement de la personnalité.

La diversité des influences présentée dans la création de cet accessoire est sans borne, on peut trouver des interprétations du head off dans toutes les tendances: ethniques avec par exemple Manuel Diaz, ultra-moderne comme pour le designerMaiko Takeda, baroque avec le magnifique travail de Jan Taminiau. Ce qui fait de lui un accessoire à part entière qui n’appartient pas à un mouvement de mode ! Force est de constater qu’il s’adapte au même titre qu’une paire de gants ! Peut être pas dans une banque certes…

De la à ce que le head off se démocratise, ce n’est pas pour tout de suite, mais j’en mettrai ma main à couper, ça va finir par arriver dans nos dressing ! La preuve en images…

 Pas convaincus ! En transition, je vous propose les semi-head off de Rick Owens!

Credits

Article by Marion Hassan