BORIS BIDJAN SABERI AW15-16

BORIS BIDJAN SABIERI


 

Les communautés et leurs codes sont un terrain d’observation fascinant pour des passionnés de mode. Annihilant l’expression de son individualité au profit d’une alliance qui les transcende, ce comportement met en lumière un message avant toute chose et paradoxalement, n’a de cesse de nous interroger sur la part cachée de chacun, derrière le costume.

Choix, passion, jeux, travail, destin… la quête des autres, notre intégration dans une famille, est une problématique classique de notre condition humaine.

C’est sûrement grâce à son histoire aux origines multi-culturelles d’horizons diamétralement différents la Perse et l’Allemagne ,que le designer Boris Bidjan Saberi basé en Espagne aujourd’hui, développe son univers et un point de vue acéré sur le riche et puissant langage du vestiaire de la « tribu ». Précédemment inspiré par l’univers de la mafia, le monde militaire reste une influence majeure de son travail.

Ses silhouettes nous dessinent l’histoire d’un homme nomade, workwear ancré dans le monde qui l’entoure et prêt à en découdre.

Sa vision du guerrier moderne nous confronte à une virilité austère et élégante. Il enrichit la garde robe masculine de pièces fortes et combinables faites de superpositions, tuniques, vestes, gilets, tabliers, gants et salopettes. Tranchées par un rouge incisif, les silhouettes  noires ou ivoires auxquelles nous a habitué le designer prennent cependant, une dimension plus abstraite dans leur message et plus violente aussi que lors des autres collections.

Boris Bidjan Saberi est notamment une marque remarquable pour la qualité du travail technique qu’elle apporte dans la confection de ses pièces. Particulièrement dans sa manière de travailler le cuir, ses recherches en la matière lui ont permis d’ailleurs de breveter un cuir devenu presque transparent suite à diverses manipulations . Aujourd’hui incontournable, Boris Bidjan Saberi participe au mouvement qui bouscule les habitudes du monde de la mode masculine pour notre plus grand plaisir.

Credits

Texte et photos: Marion Hassan
Remerciements à Jérôme Momenteau – 2embureau

AGANOVICH – FOOL

AGANOVICH


 

La femme de la maison Aganovich aw15-16 est une femme rebelle qui porte la gavroche sur le front. Elle est effrontée, cavalière, conquérante et profondément dandy.

Enserrés par des ceinture-corset, les silhouettes sont structurée de façon asymétrique avec de multiples drapés pour des jupes longues ou des redingotes recouverte d’une moitié de robe.

Chaque pièce de la collection nous évoque un classique de notre garde robe et pourtant dans leur façon unique de sculpter le volume Aganovich et Taylor élève ces « basiques » au rang de pièces d’art.

On savoure l’influence multiculturelle et historique de Fool que l’on ressent à travers le choix d’imprimés japonisants, de tartans écossais, de soie de Venise . La gavroche est remise au goût du jour, des cols très hauts donnent un port de tête royal..

Le noir et le blanc tranchent au milieu des vibrantes rayures qui se confrontent. Un brun ocre s’allie à un bleu profond. Un chatoyant tissu perle se recouvre de motifs floraux rococo.

Une gamme de couleur qui distille son charme en second plan et laisse le champ libre à l’Allure avec un grand A .Cette femme Aganovich n’est définitivement pas commode.

Moins mélancolique que les autres saisons, la maison s’affirme  avec poigne et élégance.

Credits

Photos by Thomas Coispel
Text by Marion Hassan

FIRST RUNWAY IN NY FOR BERENIK

BERENIK

La marque BERENIK d’origine Suisse, créée par la designeuse Veronika Brusa, fait  son premier défilé à New York. Arborant une simplicité subtile twistée par un style contemporain, Berenik s’applique à nous proposer une collection aux accents romanesques et terriblement modernes.

Les volumes sont souples, les matières fluides et chatoyantes, elle utilise de la soie, du cuir, du jersey de coton, de la fourrure . La silhouette est amplifiée, toutes en courbes, les formes féminines sont estompées mais ne sont pas cachées, plutôt soulignée discrètement par une ceinture, une taille haute ou la fragilité d’une cheville dévoilée aux regards. Mais derrière ce confort se cache un partie pris philosophique fort dont découle une esthétique précise et affûtée : l’aisance, la liberté, la simplicité sont le leitmotiv de la créatrice.

Le costume façon oversize est une des pièces fortes de la collection dont  l’élégante nonchalance  me rappelle la prohibition américaine et l’imaginaire attaché à cette période, aux effluves de ville fourmillante d’activité qui ont un visage le jour et un autre la nuit.

Pour cette collection baptisée IMPRESSION, Véronika nous invite à découvrir son univers, profondément urbain. On ne s’étonne pas de voir certains looks recouvert d’un motif réalisé à partir d’immeubles, rendus très graphiques par leur assemblages et déstructuration.

Ancré dans une des plus grandes capitales mondiales : New York, elle sera bientôt aussi à Shangaï et on l’espère rapidement à Paris.Par ailleurs, la créatrice n’en reste pas aux vêtements et propose aussi une gamme d’accessoires et de chaussures dans le même esprits, suggérant presque un lifestyle Berenik.

Une surprise AW15 prometteuse, merci Veronika!

Credits

Text by Marion Hassan
Photos from Berenik
Special thanks to Camille et Monica

LA MANUFACTURE REGAIN & PIC DE NORE

 MANUFACTURE REGAIN : PIC DE NORE


 

La Manufacture Regain, depuis 1973 était avant tout connue pour son travail de maille pour de grandes maisons de couture tel qu’Yves Saint Laurent, Pierre Cardin ou encore Givenchy.

Puis en 1987 elle s’oriente vers le vêtement professionnel pour la gendarmerie, l’armée, la police et les pompiers, développant des techniques de confection d’une maille à la fois résistante, dense et chaude, destinée à l’extrême, voir au combat . En créant la marque Pic de Nore , la Manufacture Regain a décidé d’unir dans la création ces deux aspects de son histoire, en joignant un héritage d’élégance à une maille technique et résistante.

La marque a choisi de partager avec nous une collection toute en sobriété avec une série de modèles ornés d’illustrations de Benjamin Rabier et une gamme de colorblocks, aux teintes graphiques et vives.Tantôt électrique tantôt plus réservée, elle est parfois enfantine, elle reprend néanmoins les codes de l’élégance française (comme le jacquard). Leurs pulls à mailles carrées et aux teintes cendrées nous ont également tout de suite séduits, avec un maillage quadrillé aux fractales hypnotiques et tranchantes. Une apparente sobriété qui cache en fait une élégance subtile et recherchée.
Une autre partie des pulls est également directement inspirée de longues années de travail avec les combattants du feu, reprenant leurs couleurs ou encore celles de la gendarmerie .

La Manufacture Regain récupère également de la maille de haute qualité pour une série de pulls dit « recyclés ». Intégrés dans la collection, une manœuvre éco-­consciente chère à l’entreprise est bienvenue dans un environnement de production mondiale parfois écologiquement hostile.

Ce qui frappe immédiatement c’est l’évidente solidité de la maille , sa tenue, son épaisseur, son maintien, sa fermeté  et pourtant sa souplesse nous invite à l’essayer. Les différents objectifs de la marque s’unissent dans une collection d’hiver à large ampleur stylistique, mais ne se disperse pas, grâce à des codes forts.  Je ne peux parler de Pic de Nore sans parler des engagements qu’ils prennent, auprès de la planète et des consommateurs, en revendiquant une appartenance au label de développement durable Lucie, ou encore leur label qualité AFAQ iso 9001.

Pic de Nore a choisi de maintenir toute sa manufacture en France pour préserver son héritage et sa très haute qualité, une vision de l’entreprise qui se bat pour perdurer avec son histoire, en l’assumant et en la perpétuant.

Ne passez pas à côté de cette maison aussi historique qu’atypique et quand l’hiver reviendra, regardez au Nore.

Credits

Article écrit par Mathieu Hassan
Photos de la présentation : Mathieu Hassan
Photos du lookbook officiel de Pic de Nore
Remerciements spéciaux à Charles Cuvillier – TOTEM

RYNSHU – ALIENS

Rynshu


Pour sa nouvelle collection nous propose un leitmotiv surprenant : le petit homme gris ou little grey.

Habillant certains mannequins d’un masque, le designer japonais nous raconte l’histoire d’un petit homme gris infiltré dans la foule,  incognito. Il profitera de cet instant de fête pour se dévoiler. Décliné en motif, le visage de little grey est mis en abîme, nous évoquant l’infiniment grand et l’infiniment petit .

Le visage d’Albert Einstein apparaît aussi en motif sur certaines pièces . Cette collection nous évoque l’univers vaste et envoûtant par son choix de couleurs : nacre, noir, doré, gris. Les looks de la collection sont à la fois originaux et il est facile de s’imaginer les porter . Les matières sont fluides, prés du corps, élégantes. On retrouve encore une fois dans ses silhouettes son goût affirmé pour  le style androgyne qui caractérise si bien ses collections.

Pour cette saison Rynshu choisit des cuirs d’origine japonaise et travaillés de façon artisanale dans la ville d’Himeji. Le cuir « shironameshi » est d’une très grande finesse, utilisé autrefois pour les bandages et pansements durant l’ère Sengoku. Lorsqu’il est enduit de laque avec un pinceau il se nomme « kurozan » et une seule personne dans le monde détient le secret de sa confection et en est le seule fabricant.

Un très beau show alliant la qualité à un esprit léger et festif !

Credits

Text by Marion Hassan
Photos by Emanuelle Leleu