ILJA – INGENIUM EXISTERE

ILJA VISSER


 

Ilja Visser est une créatrice charismatique. Depuis le début de son projet en design, son travail méticuleux est nourri par des concepts forts et réalisés avec l’exigence de la perfection, il ne cesse de s’enrichir.

Me rappelant notamment, l’une de ses collections sur le thème du temps où de petits rouages se mêlaient déjà à des coupes géométriques atypiques.
C’est sans surprise, que nous la retrouvons comme invitée au calendrier Haute Couture de cette saison automne hiver 2016 à Paris, avec sa collection « Ingenium existere ». L’ingénierie mécanique est à nouveau au centre de ses réflections, symbolisée par une dynamique des volumes aux coupes franches et asymétriques où fantaisie et rigueur s’épousent. Un bel hommage à l’univers du film mythique Métropolis.
Ilja redessine le corps d’une femme forte aux épaulettes anguleuses dressées vers le ciel. La garde robe féminine est transfigurée par le déplacement des lignes de taille, de hanche et malgré l’audace de certaines silhouettes, comme la robe sablier noire en satin, l’équilibre persiste. Le vêtement s’anime parfaitement sur les démarches nonchalantes des modèles. La gamme de couleur accentue encore l’effet naturel et épuré, cher à la créatrice, avec un panel de teintes chaudes et minérales .
Quelques voilages font contrastes avec les tissus lourds et chatoyants, semblant s’échapper avec légèreté de leur corole de satin. Le look oversize est sculpté en finesse dévoilant de petites fenêtres de peau sensuelles. Les vestes en jacquard succèdent aux pulls en maille crop tops agrémentés de petits pendentifs cuivrés. Elle apporte une touche edgy supplémentaire avec des accessoires métalliques dorés décorant le visage.

Une collection qui marque un tournant dans la carrière de la créatrice désormais visage incontournable des runways Haute Couture.

BACKSTAGE BIANCA POPP AW15-16

BACKSTAGE * BIANCA POPP


La première collection de la créatrice Bianca Popp défilait à Paris . Nous vous invitons à découvrir l’envers du décor, vu depuis les backstages.

Un moment particulièrement intense où l’effervescence savamment organisé règne. C’est l’instant T, quelques minutes pour présenter le fruit de plusieurs mois de travaille . Les énergies convergent, les différents corps de métiers se rencontrent.

Une tension sourde augmente au même rythme des voix émanantes de la salle et soudain… le silence. Le show commence…

Credits

Photos by Camille Baradat et Marion Hassan
Texte by Marion Hassan
Special thanks to Stephanie Veuriot

WAN HUNG CHEUNG

RENCONTRE / WANG HUNG CHEUNG

Décris ton style en 5 mots

Avant gardiste, Irradiant, Capricieux, Bon vivant, Intriqué

Quels expériences t’ont amené à travailler dans la mode?

J’ai toujours été fasciné par l’unicité du fait main.

J’aime me dépasser dans la recherche d’idées innovantes.

Que préfères-tu dans le processus créatif?

Mon inspiration vient de l’exploration des réponses à mes réflexions en tant qu’homme et jeune designer.

Dans ta dernière présentation à Paris, tu as utilisé le son pour provoquer des vibrations sur des miroirs souples où l’image de tes looks se distordaient.

Peux tu nous en dire plus sur ton concept?

L’expérimentaion avec la lumière, les réflections et l’iridescence est un aspect récurrent de mon travail.

Cette instant magic ou la lumière vient rebondir sur les surfaces pour créer ses sublimes prismes.

Dans la présentation le son tord les miroirs pour faire des réflections érratics.

Cette combinaison de pulsations sur les miroirs et la distorsion de la lumière donnent vie à ma collection.

Comment définirais-tu l’ADN de ta marque?

Une découpe pointue de tailleur , la réalisation de silhouettes audacieuses et l’innovation dans embellissement de surface.

Une convention peu utilisée dans la mode masculine et qui est un des piliers de l’identité de ma marque.

J’aimerai participer avec mon travail à la réduction du cloisonnement des styles entre hommes et femmes.

Que penses-tu de la mode masculine d’aujourd’hui?

Historiquement le langage vestimentaire de la mode masculine a toujours été limité et aujourd’hui encore

beaucoup de designers collent à ses « sécurisantes conventions ».

Cela étant dit, en ce moment, je  sens se développer une certaine ouverture dans les esprits,

une approche plus futile de la mode masculine comme dans la mode féminine.

Et c’est formidable de voir se travaille briser les codes et offrir une approche plus « dramatique » du vêtement pour  homme.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ai donné?

Mon père m’a dit une fois :  » Etre heureux dans les choix et les décisions que

tu prends dans ta vie est très important, apprends des erreurs que tu fais en grandissant. »

Cela a beaucoup joué dans le choix de la création de ma marque. Certains trouveront

ça risqué mais j’ai beaucoup de joie et de chance de me donner les moyens d’être l’homme que je veux être.

whc1
whc14

WHC LOOKBOOK AW1516

Credits

Interviews Marion Hassan

Photos supplied by Wang Hung Cheung